Snorkeling : apprendre à rester 1 minute en apnée | Tārrā
Indonésie-Bornéo-Snorkeling-île

Snorkeling : apprendre à rester 1 minute en apnée

Lorsque vous faites du snorkeling, vous ne tenez à peine 15 secondes en apnée, et remontez à bout de souffle à la surface? Lisez donc cet article, comprenez le pourquoi et le comment, et appliquez les conseils qui suivent afin de parvenir rapidement et aisément à rester une minute en apnée à une dizaine de mètres de profondeur, et ce sans prédispositions particulières à l’apnée.

 

Important

Les conseils qui suivent n’ont pas vocation à être une formation à l’apnée et s’appliquent uniquement dans le cadre de l’apnée amateur. Ne tentez donc pas de plongées prolongées au delà d’une minute, ni de plongées profondes au delà d’une dizaine de mètres; sans formation ni encadrement cela peut être dangereux!

Il est également important de préciser qu’en apnée, on ne se fixe pas de temps. Autrement dit, on ne joue pas au chronomètre en s’imposant un temps quel qu’il soit; cela peut être dangereux.

Se préparer

snorkeling

Avoir un rythme cardiaque normal

Assurez-vous en premier lieu que votre pouls est normal. Vous devez en effet être dans un état de détente maximum : le corps doit flotter à la surface comme une poupée de chiffon, épaules relâchées et mâchoire décrochée.

Patientez un peu et relaxez-vous si ce n’est pas le cas (si vous remontez d’une apnée, comptez une bonne quarantaine de secondes).

Faire quelques apnées statiques

Effectuez entre 2 et 4 apnées statiques (en surface et sans bouger, le visage immergé) d’une trentaine de secondes maximum afin de mettre le corps dans un état plus apte à la plongée. A noter que cette étape doit être répétée si votre visage est hors de l’eau plus de 2 minutes.

Explication: cela s’appelle le réflexe d’immersion chez les mammifères, qui se déclenche chez tous les mammifères lorsque le visage est en contact avec de l’eau fraîche. Cela provoque notamment le ralentissement naturel du rythme cardiaque et une légère constriction des vaisseaux sanguins, permettant ainsi de limiter la consommation d’oxygène par le métabolisme.

S’oxygéner

Prenez 5 à 6 inspirations lentes et profondes. Faites ensuite la planche, épaules relâchées et mâchoire décrochée. en respirant normalement.

Explication: les profondes inspirations permettent de surcharger légèrement l’organisme en oxygène. Les respirations normales en faisant la planche permettent quant à elles de diffuser ce surplus d’oxygène dans le sang

Attention: 5 à 6 bonnes inspirations lentes et profondes suffisent amplement. N’allez pas jusqu’à l’hyperventilation, qui peut être dangereuse.

Prendre une dernière inspiration

Prenez une bonne inspiration afin de bien remplir vos poumons. Ne prenez pas non plus une trop grande inspiration, au point de devoir vous retenir de ne pas expulser l’air.

Expulser ensuite doucement afin de vider au maximum vos poumons. Reprenez une dernière bonne inspiration et plongez.

Savoir « décompresser »

Les premiers mètres sont ceux où la variation de pression est la plus grande. Il est donc impératif de savoir « décompresser » (« égaliser » plus exactement) au niveau des oreilles. Si vous n’y parvenez pas, n’insistez pas et remontez. Entraînez-vous jusqu’à ce que vous soyez capable d’égaliser.

Pour ceux qui ne savent pas comment égaliser: les méthodes d’équilibrage des oreilles en plongée

Si un jour vous n’y arrivez pas: cela peut être dû à de multiples raisons, la plus courante étant le fait d’être enrhumé. Mouchez-vous et ressayez. Normalement, et s’il s’agit bien d’un léger rhume, vous devriez réussir à égaliser. N’insistez pas sinon.

Économiser son air lors de la descente

snorkeling-sable

Aidez-vous de vos bras pour les premiers mètres

Utilisez vos bras, en plus de vos palmes, pendant 2 ou 3 brassées pour atteindre plus rapidement les 3-4 mètres de profondeur. N’utilisez ensuite plus que vos palmes, si vous en avez bien sûr. Continuez sinon à utiliser vos bras.

Pourquoi: plus vous êtes proche de la surface, plus vous flottez et avez tendance à remonter à la surface, et donc plus difficile il est de plonger. Vous devez donc tâcher d’atteindre rapidement les 3-4 mètres de profondeur afin d’éviter de consommer trop d’air

Faire des mouvements lents

Faites de grands mouvements lents avec vos palmes pour avoir le meilleur compromis entre effort (et donc consommation d’air) et vitesse.

Ne penser à rien

La différence est énorme entre une apnée en pensant à quelque chose et une en ne pensant à rien; faites le test pour vous en rendre compte.

Explication: le cerveau est l’un des organes qui consomme le plus d’oxygène. Plus vous pensez, plus vous consommez d’oxygène donc.

Garder son air

Garder votre air. Les seuls cas où il est utile d’expirer un peu d’air concernent la pression : pour équilibrer vos oreilles et pour décoller votre masque (qui colle avec la pression, notamment lors de la remontée, comme sur la vidéo) en expirant un peu d’air par le nez.

Explication: gardez votre air dans les poumons sert à 2 choses. La première et la plus évidente est bien sûr pour l’oxygène. La seconde concerne la flottabilité: plus vous avez d’air dans les poumons et mieux vous flottez. C’est  un « inconvénient » lors de la descente car cela nécessite plus d’effort pour atteindre le fond. Mais c’est également et surtout un avantage pour la remontée: vous remonterez beaucoup plus facilement si vous gardez votre air, tout particulièrement sur les derniers mètres.

Faire des mouvements de plus en plus lents jusqu’à atteindre le fond

Au fur et à mesure que vous allez en profondeur, l’air qui est dans vos poumons se contracte. A 10 mètres, le volume est divisé par 2, à 20 m par 3 etc.

Implication: plus vous êtes profond et moins vous flottez, et plus il est donc facile de plonger; ralentissez donc vos mouvements au fur et à mesure que vous plongez. Une fois au fond, vos mouvements doivent être extrêmement lents.

A noter: plongez aux alentours de 5 mètres de profondeur: cela vous permet d’éviter de trop faire d’effort pour rester au fond. Aux alentours de 10 mètres de profondeur, vous flottez encore moins, ce qui ne nécessite quasiment plus d’effort pour se maintenir au fond.

Économiser son air lors de la remontée

Aidez-vous de vos bras pour commencer à remonter

Comme évoqué, plus vous êtes profond et moins vous flottez, et plus difficile il est de remonter. Ainsi, et pour entamer votre remontée, aidez-vous de vos bras pendant 2 ou 3 brassées lentes.

Remonter doucement

Le schéma classique: sans être à court de souffle, on commence à manquer d’air et on accélère pour tâcher de remonter le plus rapidement possible. Erreur. En effet, on s’essouffle très vite, on manque encore plus d’air, on panique un peu, on accélère alors encore plus et ainsi de suite…

Ce qu’il faut faire: faire des mouvements de plus en plus lents au fur et à mesure de la remontée

Explication: plus on est proche de la surface, et plus on flotte. Au fur et à mesure qu’on se rapproche de la surface, on remonte ainsi de plus en plus facilement.

Se laisser remonter sur les derniers mètres

Sur les 5 derniers mètres, et si vous avez bien garder l’air dans vos poumons, il est inutile de palmer: laissez-vous simplement remonter, palmes tendues et alignées avec le reste du corps, bras et mains également le long du corps.

Explication: plus on est proche de la surface, et plus on flotte. A cela se rajoute votre vitesse, vu que vous êtes en train de remonter. Vous allez donc tout simplement être porté à la surface, et ceci de plus en plus rapidement au fur et à mesure que l’air dans vos poumons se redilate.

S’entraîner et prendre confiance

snorkeling-méduse

S’entraîner à 4-5 mètres de profondeur

Relisez ces conseils, et jetez-vous à l’eau. Commencez par vous entraîner à 4-5 mètres en essayant de tenir une vingtaine de secondes (comptez pour le début environ 15 secondes pour la descente et la remontée, et 5 secondes passées au fond) ; vous devriez y arriver très facilement. Continuez à vous entraîner à cette profondeur jusqu’à parvenir à rester 40 secondes en apnée. Comptez alors environ 20 secondes pour la descente et la remontée, et 20 secondes passées au fond. Vous devriez y parvenir en 1 à 2 après-midi.

S’entraîner à 7-10 mètres de profondeur

Si vous êtes parvenus à tenir 40 secondes à 4-5 mètres, c’est en soi aussi facile que de passer 1 minute à 7-10 mètres. En effet, à cette profondeur vous flottez moins, ce qui demande bien moins d’effort pour se maintenir au fond. Il ne s’agit donc plus que d’une question d’appréhension. Vous devriez y parvenir en 1 à 2 après-midi.

 

Quelques voyages au paradis du snorkeling:

La grande traversée de Flores, de Maumere à Komodo

De l’archipel des Karimunjawa aux mythiques volcans de Java

Célèbes et les Moluques, paradis perdus aux confins du monde

 

Voyageurs indépendants? Recevez gratuitement votre itinéraire 100% sur mesure

LAISSER UN COMMENTAIRE